L’église Saint-Remi d’Haironville

L’ancienne église menaçant ruine et danger et étant jugée trop petite, le Conseil Municipal décida le 25 juin 1825 la première mise à l’étude du bâtiment actuel.

Mise en adjudication le 11 mars 1830 – bénédiction de la première pierre le 20 mai 1830.

Bénédiction de l’église le 9 janvier 1832 par le curé d’Ancerville.

Après 62 rapports de chantier, la réception définitive le 3 août 1833 bénédiction de la pierre sacrée du Maître Dutel le 16 septembre 1833. Les balustres de la tour du clocher sont achevés le 27 juin 1836. Bénédiction de 2 cloches Marie-Rose et Anne-Marguerite (953Kg) le 5 octobre 1835, et le 19 février 1837 de la 3e Marie. Embellissement de l’orgue et augmentation de ses jeux en 1871.

Elle est caractéristique du style néo-classique de cette époque: nef à colonnes, larges fenêtres en plein cintre, murs en pierre de taille sans contreforts. Construite à mi-pente, son clocher-porche à trois étages, couronné par une balustrade carrée, domine le village. Celui ci à conservé ses fontaines monumentales à piles carrées du siècle dernier.

Evènements

  • Le toit de l’église fut bombardé en Juin 1940. Source: Lettre du maire adressé au préfet le 27 aout 1940.
  • L’électrification des cloches de l’église a eu lieu en 1945.

Les cloches d’Haironville

Le beffroi de l’église d’Haironville est constitué de deux travées sur deux niveaux. Il est donc destiné à recevoir quatre cloches. Il n’en contient que trois: deux niveaux bas, une au niveau haut.

Au niveau bas: la grosse cloche

Diamètre 118cm.
Porte les inscriptions suivantes:

J’ai eu pour parrain Mr André Thomas et pour marraine Pauline Hornut. J’ai été refondue en 1860 et dédiée à la gloire de la très sainte Vierge Marie par la piété des fidèles, sous la direction de My Nicolas Houltel, curé d’Haironville. Farnier fondeur -Mont Par DUN/MEUSE- Mon nom est Marie.

La moyenne cloche

Diamètre 108cm.
Porte les inscriptions suivantes:

J’ai été fondue en 1835 et bénie par Curiot curé d’Ancerville en présence de monsieur Hourlie désservant. J’ai eu pour parrain Augustin Houet et pour marraine Marguerite Collet feu Marson.
Sous l’administration de monsieur Augustin Marson maire et Jean Thirion Adjoint. Jean Baptiste Thomas, BT Houet, Lus Fois De Bruge, Fois Colson, Hte Humbert, Fois Nicolas MICHAUT, Jn Thiebaut, Fois Varion, C Fois Lemoine, J Bte Gelly, membres du conseil municipal.

Au niveau bas: La petit cloche

Diamètre 91cm.
Porte les inscriptions suivantes:

J’ai été fondue en 1831 sous l’administration de Augustin Marson, Maire JP Thirion Adjoint, JB Thomas, JB Benoit, LF Debruge, F Colson, Py Thiebaut, CF Lemoine, F MIchaut, H Humbert, JB Gelly tous membres du Conseil Municipal.

J’ai été bénie par Mr Houlter curé desservant. J’ai eu pour parrain Hubert Gelly et pour marraine Marie Varin. Fecit royer à bar le duc.

Source : Archives départementales de la Meuse.

Histoire brève de Saint Rémi tirée du bulletin minicipal de Sivry sur Meuse

Rémi est né près de Laon, vers 437 dans une grande famille de l’aristocratie gallo-romaine.

Il devient très instruit mais désire autre chose que la science. Vers 456, le peuple cherche un évêque. « Nous te voulons comme évêque, tu parles si bien, tu est très savant et très bon ». Rémi répondit: « Merci mes amis, mais j’ai 22 ans les lois de l’église précisent qu’on ne peut devenir prêtre avant 30 ans, à plus forte raison évêque ». Le peuple lui confirma: « Nous sommes tous d’accord, nous t’acclamons évêque de REIMS ». La voix du peuple l’emporta. En plus de ses tâches : éducation chrétienne et justice, Rémi entend avoir de l’influence sur les Grands de ce monde. A cette époque, les Francs sont encore paiens. Rémi à 45 ans. Il écrit à CLOVIS à l’occasion de son avènement. Rémi devient alors le conseiller du jeune roi de Francs. Le 25 décembre 496, l’évêque Rémi baptisa Clovis en la cathédrale de REIMS. C’est en 533 que ce « doux évêque » remettra son âme à Dieu.